Copyright © 2018 par Projet MEDET LAT. Créé avec Wix.com par Carmen Victoria VIVAS LACOUR

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

Médiation éditoriale, diffusion et traduction de la littérature
latino-américaine en France,
de 1945 à 2000​

Ce projet interdisciplinaire s’inscrit à la fois dans le domaine des études littéraires (littérature latino-américaine contemporaine, littérature comparée, littérature mondiale), dans le domaine de la traductologie, dans celui de l’histoire de l’édition et du livre, et dans le champ des humanités numériques. Il a pour but d’analyser d’un point de vue littéraire, historique et interculturel la participation des éditeurs, des traducteurs et de la critique française au processus de diffusion internationale des littératures de l’Amérique latine au cours de la seconde moitié du XXème siècle.

 

 

Notre équipe a pour objectif d’élaborer une première perspective d’ensemble du rôle des principaux acteurs français et latino-américains (auteurs, éditeurs, traducteurs, critiques) dans ce chapitre de l’histoire culturelle mondiale en analysant les processus de production et de réception des œuvres latino-américaines traduites en France. Ce travail de recherche s’appuie sur l’exploitation d’archives publiques (IMEC, BNF) et privées qui permettent de mener des études de cas ainsi qu’une réflexion générale sur le phénomène de médiation des œuvres traduites.

 

 

MEDET LAT tente de mettre en évidence par l’étude d’un corpus spécifique le caractère profondément diversifié d'une histoire de la traduction, de l'édition et de la diffusion des œuvres latino-américaines en France. Pour ce faire, il entend explorer l’extension des réseaux intellectuels, éditoriaux et littéraires transatlantiques dans la seconde moitié du XXe siècle, afin de comprendre les liens privilégiés tissés dans le domaine politique, diplomatique et universitaire.

 

La traduction de chaque oeuvre repose sur une dynamique singulière de sorte que son internationalisation entraîne non seulement une reconfiguration des identités des acteurs de ce processus ; il crée aussi un espace imaginaire où se projettent les peurs, les fantasmes et les désirs des écrivains et des lecteurs. Dans cette perspective, l’internationalisation est conçue comme un territoire dense et conflictuel où les relations interculturelles sont souvent imprégnées de nombreux sous-entendus et malentendus qui montrent à la fois les possibilités et les limites de la traduction, au sens le plus large du terme.

 

 

Outre l’étude d’un corpus d’œuvres traduites, de leur production, leur circulation et réception, nous proposons l’élaboration d’un cadre théorique et la construction de modèles et de méthodes, susceptibles de servir à l’étude de la médiation éditoriale dans d’autres domaines culturels et artistiques. Ainsi, nous sommes appelés à réfléchir sur la question du statut de l'œuvre traduite que Gérard Genette plaçait jadis parmi les modes d’immanence plurielle d’un texte ; mais aussi sur la notion de médiation éditoriale qui décompose la figure de l’auteur en une multitude de figures d’intermédiaires ou gatekeepers, et invite à interroger les valeurs traditionnellement attachées à l’œuvre étrangère traduite, comme son autorité et son originalité. Ce que nous essayons de rendre visible et d’interpréter est le sens du déplacement qui produit la traduction, le supplément qu’il produit entre deux langues ou plus, entre deux ou plusieurs contextes, entre deux ou plusieurs cultures.

Nous ajoutons à ce travail historique et théorique, un programme de création de documents audiovisuels permettant d’enregistrer et de préserver le témoignage de principaux traducteurs, éditeurs et critiques français de littérature latino-américaine. Trois longs entretiens avec les traducteurs Albert Bensoussan (2017), avec Didier Coste (2018) et avec Aline Schulman (2019), ouvrent cette série dont les vidéos seront publiées à la fois sur notre site et sur celui de nos partenaires.

 

Enfin, nous prêtons une attention particulière à l’établissement et à l’organisation des données, leur ampleur et leurs limites. En nous inspirant de l’Index Traslationum de l’UNESCO, nous travaillons actuellement à la formalisation d’un modèle de base de données multimédia, capable d’accueillir des contenus non seulement textuels mais aussi visuels et audiovisuels. Il devrait servir à la fois de point de départ pour constituer quatre répertoires (traducteurs, éditeurs, œuvres, critiques) et pour, à terme, établir une cartographie des circulations éditoriales et littéraires entre la France et l’Amérique latine.  

Ac​tivités à venir

 Vendredi 29 novembre, de 14h à 16h

Colegio de España (Cité Universitaire de Paris)

 ENS 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Daniel Reig 

Médiation éditoriale et traduction dans les réseaux sociaux – étude de cas, data-sets et méthodes d’analyse dans le contexte du projet MEDET LAT

Roberto Parejas (CY Paris Cergy Université – Institut des Humanités Numériques)