Médiation éditoriale, diffusion et traduction de la littérature
latino-américaine en France,
de 1945 à 2000​

Ce projet interdisciplinaire s’inscrit à la fois dans le domaine des études littéraires (littérature latino-américaine contemporaine, littérature comparée, littérature mondiale), dans le domaine de la traductologie, dans celui de l’histoire de l’édition et du livre, et dans le champ des humanités numériques. Il a pour but d’analyser d’un point de vue littéraire, historique et interculturel la participation des éditeurs, des traducteurs et de la critique française au processus de diffusion internationale des littératures de l’Amérique latine au cours de la seconde moitié du XXème siècle.

 

 

Notre équipe a pour objectif d’élaborer une première perspective d’ensemble du rôle des principaux acteurs français et latino-américains (auteurs, éditeurs, traducteurs, critiques) dans ce chapitre de l’histoire culturelle mondiale en analysant les processus de production et de réception des œuvres latino-américaines traduites en France. Ce travail de recherche s’appuie sur l’exploitation d’archives publiques (IMEC, BNF) et privées qui permettent de mener des études de cas ainsi qu’une réflexion générale sur le phénomène de médiation des œuvres traduites.

 

 

MEDET LAT tente de mettre en évidence par l’étude d’un corpus spécifique le caractère profondément diversifié d'une histoire de la traduction, de l'édition et de la diffusion des œuvres latino-américaines en France. Pour ce faire, il entend explorer l’extension des réseaux intellectuels, éditoriaux et littéraires transatlantiques dans la seconde moitié du XXe siècle, afin de comprendre les liens privilégiés tissés dans le domaine politique, diplomatique et universitaire.

 

La traduction de chaque oeuvre repose sur une dynamique singulière de sorte que son internationalisation entraîne non seulement une reconfiguration des identités des acteurs de ce processus ; il crée aussi un espace imaginaire où se projettent les peurs, les fantasmes et les désirs des écrivains et des lecteurs. Dans cette perspective, l’internationalisation est conçue comme un territoire dense et conflictuel où les relations interculturelles sont souvent imprégnées de nombreux sous-entendus et malentendus qui montrent à la fois les possibilités et les limites de la traduction, au sens le plus large du terme.

20181019_153027.jpg
20181019_160212.jpg
20181019_160642.jpg

Activités à venir

 14 Janvier, visioconférence Zoom et à l’Institut d’Études Hispaniques

unnamed.jpg

Vous trouverez ci-dessous le lien pour la conférence :

 

Gustavo Guerrero vous invite à une réunion Zoom planifiée.

 

Heure : 14 janv. 2022 02:15 PM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/94223131951?pwd=L2ZRelBvd3FIc09tTnpVY2lQTWpDQT09

ID de réunion : 942 2313 1951
Code secret : rGgD3L

La prochaine séance du séminaire inter-universitaire MEDET LAT (médiation éditoriale, diffusion et traduction de la littérature latino-américaine en France, 1945-2000) aura lieu le vendredi 14 Janvier, de 14h30 à 16h30, en mode hybride, visioconférence Zoom et dans la salle « Carlos Serrano » (4° étage) de l’Institut d’Études Hispaniques, 31 rue Gay Lussac, Paris 5. 

Nous aurons le plaisir d'écouter Anna Rojas (Université Paris Nanterre-CY Cergy Université) qui nous propose la communication :  

 

« Losada : une maison d’édition de l’exil espagnol au service du livre hispano-américain »

Anna Rojas Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, Anna Rojas est ATER pour le département d’Espagnol de Cergy Paris Université et vient de soutenir sa thèse de doctorat à l’Université Paris Nanterre. Ses recherches portent sur l’histoire éditoriale de l’exil espagnol républicain et les échanges culturels transatlantiques, notamment à travers l’étude de cas des Editions Losada. Elle s'intéresse également aux questions de la diffusion et la réception des livres, de la constitution de canons littéraires et de la défense des valeurs antifascistes portées par les intellectuels de l’exil espagnol républicain.
Elle est membre du groupe CRIIA (Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines, Université Paris Nanterre) et du laboratoire AGORA (CY Cergy Paris Université).